Bienvenue à Paris Paris pratique Services touristiques
Hébergement Visiter la ville Visiter l'Ile de France
Transports Histoire Photos
 

Histoire de Paris

     
   

INTRODUCTION

Paris, capitale de la France, a vu le jour grâce à son emplacement géographique particulièrement favorable à l'établissement de la vie humaine et à son histoire, qui s'est forgée au sceau de celle des rois de France.

Dés l'époque du quaternaire, les hommes se sont établi sur l'îlot central qui deviendra l'île de la Cité.

La vie sur cette île a été rendue possible grâce à la proximité de terres suffisamment fertiles pour assurer la subsistance d'une population toujours grandissante, mais aussi grâce aux carrières de pierre et de plâtre qui permettront la construction d'habitations. Sa position de carrefour commercial reliant la Gaule du Nord et du Sud, ainsi que son ouverture sur les provinces alentours, ont permis à cette île de devenir petit à petit une ville particulièrement attrayante, au centre de moultes invasions et conflits européens.

LUTECE : VILLE GALLO-ROMAINE

Dés le deuxième âge de fer, les Parisii (population celte venue de Germanie) s'installent sur l'île de la Cité, qui portera le nom de Lucoticia et luttent contre la conquête romaine.

Grâce à des pièces de monnaie en or qui ont été retrouvées lors de fouilles archéologiques, on peut penser que, déjà cette époque, Lutèce connaissait une activité économique importante.

Les romains vont emporter la bataille de Lutèce et il ne restera de cette ville que des ruines. Lutèce va alors se dédoubler en deux villes :

- La ville gauloise reconstruite dans l'île de la Cité suivant les modèles des cités italiennes, dans laquelle siègera le gouverneur romain.
La cité nouvelle qui s'établit sur la rive gauche. On peut encore y voir aujourd'hui les traces des vestiges gallo- romain d'alors, comme les Arènes de Lutèce ou les Thermes dits de Cluny.

La rive droite reste alors désertée et livrée aux marécages (d'où le nom du quartier du Marais).

La ville sous le règne romain est prospère et commerciale, elle est d'importance moyenne, et est constituée d'environ 8000 habitants.

Pendant trois siècles, la ville va prospérer puis les invasions des « Barbares » ( peuples issus des régions d'Outre - Rhin ) vont commencer à déstabiliser l'empire romains dés le milieu du troisième siècle.

Ces invasions ne vont pas épargner Lutèce, dont les habitants vont se replier sur l'île de la Cité, site défensif rendu plus efficace encore grâce à la construction de fortifications. C'est à cette époque que Lutèce prend le nom de Paris et que le christianisme fait son apparition avec le premier évêque, Saint Denis.

LUTECE : CAPITALE MEROVINGIENNE

Le cinquième siècle est rythmé par les invasions, notamment celles menées par Attila et ses Huns, qui vont écraser la Gaule mais qui ne toucheront pas le Bassin Parisien (constituant alors un état Gallo - romain indépendant). La légende veut que Paris se sauvât grâce au courage d'une petite bergère du nom de Geneviève. Toujours est-il qu'elle est devenue la patronne de la ville.

Si les huns épargnent Paris, c'est pour tomber finalement sous le joug des Francs. Paris va devenir la capitale du royaume de Clovis, et ses successeurs vont y faire construire de nombreuses églises et basiliques (notamment l'Abbaye Sainte Geneviève en hommage à la patronne de Paris, l'église saint Germain des Prés, ou encore le Palais Royal.). La ville se développe alors sur les deux rives.

LE DECLIN SOUS LES CAROLINGIENS

Les Carolingiens vont succéder aux mérovingiens au VII ème siècle et vont déplacer le centre du pouvoir vers le Nord - Est de la France, plus proche des régions dont ils sont issus (pays du Rhin.).

L'empereur Charlemagne décidera d'établir les deux capitales de l'Empire à Rome et à Aix la Chapelle.

Avec la décadence carolingienne, Paris, qui a perdu son importance politique, est fragilisée. Elle va être le théâtre de nombreux assauts et sièges de Vickings normands.

La ville résistera tant bien que mal, mais la ville romaine située sur la rive gauche et les faubourgs seront anéantis. Pendant un siècle, les parisiens vont alors de nouveau habiter sur l'île de la Cité.

LA CITE DES PREMIERS CAPETIENS

Hugues Capet, en 987, offre à Paris la chance de devenir la première capitale du royaume. C'est une ville qui s'enrichit alors, grâce à son activité marchande et à ses grandes voies de commerce par terre (draps du Nord, blé, poissons).

Les rois s'établissent dans le palais de la Cité et l'île de la Cité construite et peuplée de façon intense reste le siège du pouvoir royal et épiscopal.

L'évêque Maurice de Sully entreprend en 1163 la construction de la Cathédrale Notre - dame qui ne sera terminée qu'en 1330. On voit se succéder les rois Hugues Capet, Henri Ier, Philippe Ier et Louis VI séjourner dans le Palais de la Cité.

Les fortifications sont renforcées, notamment aux ponts, alors que la rive gauche est quasi à l'abandon. Elle sert de terres agricoles.

L'OEUVRE DE PHILIPPE AUGUSTE

Sous Philippe Auguste, Paris va devenir un ensemble défensif plus important capable de résister aux assauts du roi d'Angleterre grâce à la construction d'un épais rempart qui ceindra aussi la rive gauche (Paris va d'ailleurs rester une ville fortifiée pendant plus de sept siècles).

Le Louvre, qui servira alors de forteresse, commencera à être construit à partir de 1180.

La rive gauche va prendre de l'importance car elle va abriter de nouveaux centres d'enseignement, indépendants des écoles épiscopales, situées dans le Quartier Latin, qui draineront avec eux une population d'étudiants venant recevoir un enseignement à l'Université. L'Université, symbole d'indépendance, assure sur le plan international la réputation intellectuelle de Paris dés le XII ème siècle.

A la même époque, se poursuit la construction de la cathédrale Notre - Dame et la création du marché des Halles. En 1257, Robert de Sorbon, chapelain de Saint Louis, fonde l'université de la Sorbonne. Le roi Saint Louis ayant sa cour à Paris, les princes et dignitaires se font construire des hôtels particuliers à proximité de l'enceinte du Palais royal.

LA GUERRE DE CENT ANS

Sous Philippe le Bel, la population parisienne semble atteindre les 200 000 habitants en 1328. Paris connaît alors une importance politique et financière grandissante. Cette ville mercantile s'étend davantage sur la rive droite, sur laquelle les 4/5 ème des contribuables habitent.

Ce fait démographique entraîne la construction d'une nouvelle enceinte sur cette rive, avec comme appui les forteresses du Louvre et de la Bastille. A cette époque, la ville se divise ainsi : l'île de la Cité est le siège du pouvoir royal et religieux, la rive droite est plutôt commerçante, tandis que la rive gauche est le centre intellectuel de Paris.

Etienne Marcel (prévôt des Marchands, qui sera assassiné) fut une figure parisienne de premier plan, incarnant le mécontentement du peuple parisien (grèves) et s'opposant au dauphin Charles V. La guerre contre les Anglais, la grande peste de 1348, la captivité du roi Jean le Bon et la faiblesse du Dauphin vont ainsi engendrer la première révolution parisienne.

Charles V délaissera alors le palais de la Cité pour s'installer dans la forteresse du Louvre en 1358.

L'occupation anglaise et le siège de 1429 en particulier, vont ruiner la ville qui gardera en son sein, malgré toutes ces difficultés, les organes centraux du gouvernement royal (Parlement, Chambre des Comptes, etc…). Pour contrôler la ville, le roi n'accordera pas de Charte de commune à Paris. En contre partie, il octroiera aux parisiens des privilèges importants, notamment aux Marchands (d'eau, bouchers, drapiers…). Cette corporation prendra dans cette période une telle importance que ses représentants s'attribueront un tribunal commercial, la levée d'impôts et un siège social. Cette montée en puissance des marchands va leur permettre d'élire une première municipalité.

PARIS : VILLE DE LA RENAISSANCE

Le XVI ème siècle va apporter dans toute l'Europe une nouvelle façon d'envisager le monde. Les rois ouverts aux idées de la renaissance vont s'intéresser entre autres à l'architecture, et tenter d'harmoniser les façades des maisons parisiennes. Le Gothique Flamboyant sera au goût du jour (église Saint Séverin, hôtel de Cluny) puis l'Art nouveau lui succédera (Fontaine des Innocents, palais des Tuileries.)

Paris redevient la capitale de la royauté avec François Ier en 1528, qui décidera de reconstruire la forteresse du Louvre en rasant le donjon et en faisant construire un palais renaissance à la place des deux ailes du château, et de doter Paris d'un hôtel de Ville à la gloire de la capitale.

La création du Collège de France par François Ier réactualise la renommée intellectuelle de Paris en proposant un enseignement modernisé ajoutant les sciences exactes et l'humanisme aux enseignements traditionnels.

La Réforme va entraîner une guerre civile religieuse qui atteindra son paroxysme lors de la nuit de la Saint Barthélemy (1572) pendant laquelle les Catholiques massacreront les protestants dans les rues de Paris (entre 15 000 et 60 000victimes), sous l'ordre de Catherine de Médicis et du Duc de Guise.

La ville détruite et affamée se dressera contre les rois Henri III (qui fera construire le Pont Neuf reliant la rive droite et la rive gauche) et Henri IV. Cependant, ce dernier, en se convertissant au catholicisme, pourra renouer avec les parisiens et rétablir la grandeur perdue de la ville par de vastes chantiers de construction (place Dauphine, place des Vosges, poursuite de la construction du Louvres et du château des Tuileries). Ces chantiers reposeront sur les premiers règlements d'urbanisme établis par Sully. Cet élan architectural se perpétuera bien après l'assassinat d'Henri IV. La ville s'agrandira et de nombreux monuments, places et résidences secondaires se construiront.

Sous Louis XIII, la capitale rayonne grâce à la création de l'imprimerie royale en 1620, à celle du Jardin des Plantes et de l'Académie française. L'expansion de la ville va pouvoir reprendre grâce à de nouvelles fortifications sur la rive droite. Des quartiers remplaceront la campagne (Faubourg Saint Honoré, Marais, île saint Louis, Faubourg saint Germain)
Cependant, la Fronde va créer une importante crise économique aggravant la misère du peuple. Sous Louis XIV, la mortalité l'emporte sur la natalité, nécessitant la construction de l'Hôpital général.

Louis XIV (le Roi Soleil), inquiété par le tempérament révolutionnaire parisien (il aura du fuir Paris enfant) ira s'installer à Versailles dont il fera le siège du gouvernement en 1682 et laissera le soin à Colbert de mener sa politique parisienne.

Petit à petit, le calme revient à Paris et l'on décide de raser les remparts en 1670, en les remplaçant par une promenade plantée d'arbres et où les arcs de triomphe remplaceront les portes fortifiées. On peut encore admirer ces anciennes portes de Paris, par exemple sur les « Grands Boulevards », là où termine la rue Saint Denis. De grands édifices vont être bâtis sous le règne de Louis XIV (hôpital Salpetrière, Observatoire, Invalides…) et d'autres comme le Louvre et le jardin des Tuileries vont être réaménagés. Si Paris se pare de majestueux monuments dans cette période, le peuple reste quant à lui, misérable.

LE SIECLE DES LUMIERES

Paris va s'émanciper d'un pouvoir royal installé à Versailles et cela jusqu'à la chute de l'Ancien régime. La Cité des Lettres et des Arts va être le symbole d'une bourgeoisie intellectuelle dans laquelle philosophes et encyclopédistes vont critiquer la société et ses valeurs. C'est le Paris des Lumières, ouvert aux idées démocratiques. Une amélioration économique va provoquer un accroissement de la population sous le règne de Louis XV.

Des réalisations architecturales d'envergure avec la construction de quartiers ordonnancés vont voir le jour, notamment l'Ecole Militaire et le futur Panthéon. L'architecture parisienne, bien qu'au départ à finalité esthétique, va de plus en plus remplir une fonction sociale, avec les marchés, les égouts, les théâtres tel « l'Odéon », ce qui obligera les architectes à la repenser de façon plus humaine. L'époque de Louis XVI et Louis XV marque le début de l'urbanisme moderne.

LA REVOLUTION DE 1789

Dans ce Paris en plein bouleversement va éclater la révolution de 1789, dont Paris sera le théâtre privilégié de maints évènements. La crise économique, la conscientiation politique du peuple parisien par les philosophes, et la rancœur à l'égard de la Monarchie qui a délaissé Paris plus d'une fois, sont autant de raisons qui vont déclencher l'ire du peuple, entraîner la chute de la monarchie avec la prise de la Bastille, et culminer avec la décapitation du roi Louis XVI et de sa femme Marie - Antoinette.

Les Jacobins et Cordeliers issus de clubs parisiens, vont s'approprier le pouvoir. Malgré les nouvelles valeurs affichées de Liberté, Egalité, Fraternité, pour faire taire les voies dissidentes et imposer une république encore chancellante, va s'imposer le régime de répression connu sous le nom de La Terreur. Pour mener à bien leur politique, ils vont entre autres centraliser le pouvoir à Paris, renforçant ainsi une tendance française commencée sous Louis XIV, et qui se poursuivra jusqu'au XIX ème siècle et sera amplifiée par la création des réseaux de communication ferroviaires, l'exode rural et les révolutions industrielles. Il faudra attendre la deuxième moitié du Xxème siècle pour que s'amorce un timide mouvement de décentralisation.

La Terreur succombera le 9 Thermidor An II, et sera suivie de régimes de compromis (Convention Thermidorienne et Directoire).

Avec l'arrivée de Bonaparte au pouvoir, le style architectural va changer avec l'apparition du Néo - classicisme sous le Directoire puis de «l'égyptomanie », un style inspiré de l'expédition de Bonaparte en Egypte.

LA CAPITALE DE L'EMPIRE POST-NAPOLEONIEN

Le premier recensement français de 1801 indique une augmentation de la population parisienne et cela malgré les pertes subies sous la révolution (5 546 856 habitants), grâce notamment à l'immigration provinciale, qui se concentrera dans le secteur du textile.

Louis XVIII n'offrira pas à Paris de grands changements architecturaux ou d'aménagements, mais la construction privée connaîtra son essor, inspirée d'un style classique mêlé au style antique (quartier de l'Europe et de Saint Georges)

La société parisienne d'alors se caractérise par l'ascension sociale d'une bourgeoisie d'argent, décrite par Balzac dans son œuvre la Comédie Humaine, triomphante sous Louis Philippe, et qui coexiste avec une bourgeoisie plus modeste composée de fonctionnaires. Le prolétariat constitue aussi une part importante du peuple parisien, (65% des parisiens ne payent pas d'impôts et 80% des morts vont à la fosse commune). Ce peuple misérable en proie à de violentes épidémies(ils seront 44 000 victimes de l'épidémie de choléra de 1832), vit dans les quartiers centraux. C'est d'ailleurs dans ces quartiers pauvres de Paris que les mouvements d'opposition au régime vont se former jusqu'à s'exprimer sous la forme de Révolutions (1830 et 1848). C'est aussi l'époque du premier chemin de fer français, avec l'inauguration de la gare Saint Lazare en 1837.

LE PARIS D'HAUSSMAN

Bien qu'il y eut pendant la période troublée de la révolution de 1848 une interruption des travaux des voies de chemin de fer, le futur empereur Napoléon III (neveu de Napoléon I) assura malgré tout la bonne continuité de ces travaux en s'entourant entre autres du préfet de Paris, le Baron Haussman et de bons nombres d'ingénieurs.

Des travaux de grande envergure foisonneront en cette période (opéra Garnier) ainsi que la construction de nouvelles gares et d'un réseau de circulation très important dans Paris. Les trottoirs apparaîtront le long des voies publiques recouvertes d'asphalte, ainsi que des réseaux d'égouts perfectionnés. Par ailleurs, la Cité fut rasée puis transformée avec l'ajout du nouvel Hôtel Dieu et de la Préfecture de police.

Le Louvre fut doublé et des espaces verts seront aménagés un peu partout dans Paris (bois de Vincennes, bois de Boulogne, parc Montsouris, squares, etc…).

L'expansion de Paris (le nombre d'habitants double entre 1851 et 1871), son rayonnement intellectuel et artistique (nombreuses expositions industrielles) et sa richesse économique vont aller en s'accroissant jusqu'à la guerre de 1870 contre la Prusse qui va stopper net cette prospérité entraînant avec elle désastres et pauvreté.

DE LA COMMUNE A LA GRANDE GUERRE

Cette guerre va se traduire par une défaite du régime impérial face à la Prusse avec la capitulation de Paris. Les parisiens se sentant abandonnés par leurs dirigeants vont se soulever lors de l'insurrection du 18 Mars 1871 et vont se rendre maîtres de la ville.

C'est la Commune, gouvernement révolutionnaire qui va s'exprimer sous la forme d'une démocratie directe dans une ville en état de siège et qui durera quelques semaines avant d'être très durement réprimée par le gouvernement de la république replié à Versailles (25 000 victimes dont beaucoup de femmes et d'enfants)

Paris va alors perdre sous la III ème République son pouvoir politique gagné en 1789, au profit de dirigeants provinciaux radicals - socialistes.

La capitale se remettra difficilement de cette défaite politique et économique, tout en connaissant une croissance importante de sa population, grâce à l'immigration venue du Nord qui lui permettra d'atteindre près de trois millions d'habitants en 1911. Une population qui augmentera plus particulièrement dans les arrondissements périphériques.

Un réel souci d'un confort égalitaire pour tous les parisiens va apparaître, créant dans son sillage de nombreux aménagements comme la distribution de gaz et d'électricité, l'évacuation des ordures ménagères, ou encore la construction de lycées et d'écoles ainsi que d'hôpitaux. Par ailleurs le métro va naître de ce même élan démocratique en 1900.

Cette époque florissante est appelée La Belle Epoque, période pendant laquelle la population va connaître une certaine euphorie qui se retrouvera dans une architecture colorée, toujours à la recherche de nouveauté et de modernité. C'est l'époque de l'Art nouveau, de Guimard, des expositions universelles, en 1889 se construit la Tour Eiffel, en 1900 les Grand et Petit Palais, en 1937 le Palais de Chaillot, et le Musée des Arts Africains et Océaniens pour l'exposition coloniale de 1931.

En 1910, Paris va connaître d'importantes inondations. Les années folles sont celles d'une effervescence artistique qui confère à Paris sa réputation internationale de capitale des arts.

LES DEUX GUERRES MONDIALES

De nouveau, Paris va connaître la guerre et ses désastres avec la guerre de 1914 - 1918. L'après - guerre se révélera aussi très douloureux, avec une crise économique et politique pendant laquelle les parisiens tenteront de reprendre le pouvoir politique qu'ils avaient perdu.

Si la politique urbaine ne va pas connaître l'essor de la Belle Epoque il n'en reste pas moins que des efforts sont consentis vis à vis du peuple avec la création des Habitations à Loyer Modéré et l'extension du métro à la banlieue proche. L'apparition du béton va permettre la construction de grands blocs d'habitation qui vont remplacer peu à peu l'habitat ancien et transformer le paysage urbain parisien.

Lors de la Seconde Guerre Mondiale, la France capitule et en Juin 1940, Paris est occupé par les forces allemandes. De nouveau, la ville va connaître des années de privations et des bombardements et cela pendant quatre ans. Durant toutes ces années, sévissent des arrestations menées par la gestapo, de très nombreuses déportations ainsi que des tortures et des exécutions dans Paris. Dans le même temps, une résistance (armée de l'ombre) s'organise et se développe autour de Jean Moulin (1943). La Résistance va aider Paris à se libérer après le débarquement et l'offensive des Alliés en Normandie (1944).

APRES - GUERRE

Paris n'aura pas été détruite par la guerre, et de nombreuses restaurations de monuments ainsi que des travaux d'embellissement seront à l'ordre du jour dés les années 1960.

Paris va se développer grâce à une politique de grands travaux concernant la ville et la banlieue. Cette politique va entraîner, dans les dernières décennies, la construction de l'Opéra Bastille, de la Bibliothèque Nationale, de la Grande Arche de la Défense ou encore de la pyramide du Louvre.

Le Paris d'aujourd'hui, vous le constaterez lors de votre visite, est le légat de tous ces évènements et bien d'autres que nous avons pas eu la place de rappeller ici.

C'est indubitablement une ville d'une étonnante et riche culture, débordante de vitalité.

Le Paris romantique de la fin du XIXème siècle, de la Belle Epoque, n'est plus, pas plus que celui de l'élite intellectuelle des années 50 et 60. Fruit de l'immigration des années 60 à 90, c'est aujourd'hui une ville très fortement multiraciale et multiculturelle, qui a dans l'ensemble bien réussi l'intégration de l'ancien et du nouveau, et est dynamiquement ancrée dans le nouveau millénaire.

Mais le visiteur ne sera pas déçu, car il verra dans l'architecture, dans le mode de vie, dans l'atmosphère des quartiers, tout le passé et les traditions qui ont rendus la ville célèbre… il reste encore beaucoup de « titis parisiens » !!!

 
   
  
Contactez nous - FAQ - Privacité
© Paris On Line, all rights reserved